AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Au clair de la Lune [Ambre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Etoile Vahënel
Ombre esclave
Etoile Vahënel

Nombre de messages : 13
Pouvoir : Manipulation / Elémental du feu.
Epoque : XVII° siècle en Islande.
Esclave de : Ambre Gauthier.
Date d'inscription : 13/07/2008

Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitimeLun 14 Juil - 22:24

*Ce n'est qu'une chanson d'ami,
Promis pas d'amour,
Je ne t'aime pas,
Je t'aime bien...*


Ces quelques paroles de chanson lui revenaient par bribes en mémoire. Etoile venait tout juste de sortir par la porte fenêtre sur le petit balcon de l'appartement de sa nouvelle maîtresse. Il ne faisait pas si chaud que ça, bordel. Elle qui était en pyjama frissonna légèrement sous une rafale de vent. Aucune idée de ce qu'elle allait faire. Enfin si. Un paquet de cigarettes dans la poche droite, une envie soudaine de fumer. Elle n'était pas réellement une fumeuse. Ah ah. Je vous jure, ce n'est pas une blague. Sauf que la vue d'un paquet la tentait toujours un peu et puis, après tout, elle pouvait bien se l'accorder. Tout en soupirant, elle parcourut le paysage alentour d'un regard dénué d'expression et fut attirée par une masse informe et sombre où l'on apercevait vaguement des troncs d'arbres : la lisière de la forêt. Au printemps ainsi qu'en été, cet endroit était magique nappé d'un côté surnaturel. Enfin, 'magique' n'est pas vraiment le mot étant donné que dans la ville de Schéol, tout est un peu magique. Dans tous les cas, vous m'aurez comprise. Mais à aujourd'hui, ou plutôt cette nuit, on ne distinguait qu'une masse noire de ces magnifiques arbres au large tronc et à la branche feuillue. De plus, à cette heure avancée, le ciel était couvert, bien que parfois un rayon de lune perçait les nuages, ce qui accentuait cet effet de mystère et de singularité.

Les poches de son haut de son pyjama pesaient étrangement lourds. Elle ne réfléchit pas plus et s'accouda à la balustrade. Personne ne viendrait l'embêter à cette heure. En effet, il était vingt-trois heures passées. Seule. La ville et ses lumières pour elle. Du balcon, elle surplombait toute la ville et s'amusait à compter tous les points lumineux visibles. Du côté de la forêt régnait un silence pesant. Elle sourit, pour sa part, seule la lune lui offrait sa douce lumière blanche. Les étoiles venaient peu à peu rejoindre la voûte céleste. Une très belle nuit s'annonçait. Elle se surprit d'ailleurs à sourire. Une bouffée d'air puis une autre et ainsi de suite. De cet air pur et frais, elle emplissait ses poumons, respirant profondément. Elle décida alors de s'assoir par terre et de s'adossait contre la balustrade.

Une de ses mains glissa dans ses poches sortant une cigarette. Accompagnée d’un soupir, elle porta cette dernière à ses lèvres. Possédant l'élémental du feu, une étincelle scintilla au bout de son doigt et elle ne put s’empêcher d’admirer la flamme qui en résultait. Bleue à la base laissant place à un dégradé de rouge, orange et or : tout simplement fascinant. Mais ce n’était pas seulement ce mélange de couleurs chaudes et froides qui l’attiraient, c’était aussi son inaccessibilité. Le fait de ne pouvoir que la toucher des yeux, la désirer, elle, distante, lointaine, redoutée - l’ombre d’une seconde, elle eut la prétention de se comparer à cette flamme – et si vous aviez le désir de la rendre accessible, à vos risques et périls, vous vous en mordriez les doigts ou plutôt vous vous les brûleriez… Dans le regard d'Etoile, se reflétait cette flamme dansant sous les coups du vent qui s’était levé mais résistant à ces attaques invisibles. Finalement, elle brûla le bout de sa cigarette et aspira pour l'allumer. Cette sensation... C'était juste... indescriptible. Un bien fou l'envahit, ne plus penser à rien.

Ambre Gauthier l'avait achetée. Elle ne savait rien de sa maîtresse, ou tout du moins, pas encore. Le mieux était pour elle de s'attirer ses bonnes graces, pour le reste, elle verrait. En tout cas, l'appartement était très bien et sa maîtresse lui avait semblé sympathique. Le parquet craqua à l'intérieur, sous les pas de quelqu'un. Elle n'était plus seule. Qui d'autre cela pouvait-il être à part sa maîtresse ? Son sang ne fit qu'un tour : elle se figea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre Gauthier
Âme
Ambre Gauthier

Nombre de messages : 24
Pouvoir : Marionnetiste Humain
Epoque : Seconde Guerre Mondiale
Maître de : Etoile Vahënel
Date d'inscription : 29/06/2008

Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitimeMar 15 Juil - 17:46

Les mains dans les poches de sa veste, Ambre continue le chemin jusqu’à chez elle. Il faisait assez frais et la lune pleine, éclairait la route sans difficulté. Son esclave, Etoile Vahënel l’attendait chez elle, bien sagement. Ambre l’avait achetée parce que la jeune femme avait l’air d’être quelqu’un de bien élevé, effectuant les tâches sans poser de questions, obéissante en somme. Elle devait avouer que sa beauté particulière l’avait quelque peu attiré. De longs cheveux blonds, des yeux d’un joli vert, comme son œil droit. Oui, Etoile était une très jolie jeune femme, mais avant tout une bonne esclave. Ambre lui parlait peu, n’étant pas de nature bavarde. Elle se fermait souvent dans un mutisme, due à sa vie antérieur. Vêtue d’un pantalon blanc en toile et d’une chemise noir, avec sur les épaules une veste assez épaisse, le froid lui donna quelque petit frissons. Elle pressa le pas. Elle avait hâte de rentrer chez elle pour retrouver la chaleur des lieux.

Enfin, elle vit au loin la maison. Simple, avec un étage, elle comportait à l’arrière un petit jardin et un saule pleureur. La demeure donnait sur la forêt et tout le reste de la ville. Ambre n’aimait pas l’animation des villes, et préférait être à l’écart du bruit. Une petite allée de gravier, menait à la porte, de taille normale. Elle sortie son trousseau de clef et entra. La chaleur lui caressa doucement le visage, et c’est avec soulagement qu’elle quitta sa veste l’accrochant à un porte manteau. Tout était agréablement calme, c’est ce que préférait Ambre : le calme. Elle traversa le petit couloir. De chaque côté, se trouvait une porte. Celle de droite menait à la cuisine, celle de gauche à un salon de grande taille. Elle entra dans chacune des pièces et comme elle se doutait, chacune d’elle était d’un ordre impeccable. Etoile avait une fois de plus bien effectué son travail. Ambre n’aimait pas l’idée d’avoir un esclave et que l’on effectue ses tâches à sa place. Mais elle ne supportait pas non plus qu’une de ces personnes se trouvent entre les mains d’un bourreau. En effet, la jeune femme était quelqu’un de bien et respectait avant tout ces esclaves. Bien que parfois elle paraisse froide, elle prenait grand soin d’eux. Cela faisait maintenant quelque semaine qu’elle avait achetée et elle n’avait jamais tenté de lui parler plus que ça. Juste des ordres, des bonjours, merci, au revoir, bonne nuit. Strict minimum.

Elle regarda sa montre, il était plus de vingt-trois heures. Elle se demanda si Etoile dormait déjà. Autant allez vérifier par soi même. Elle grimpa doucement les marches qui donnait sur un couloir en horizontal. A droite, il y avait deux portes. Celle de la salle de bain, et des toilettes. A gauche, trois autres portes : la chambre d’Ambre, la chambre d’Etoile et la bibliothèque. Ambre aimait beaucoup la lecture. Le parquet craqua sous ses pas et tendis qu’elle se posta devant la porte, elle y frappa trois petits coup sec.


« C’est moi » dit-elle simplement.

Elle attendit quelque seconde avant de tourner la poignée et entrer. La pièce était simplement éclairé par les rayons de lune, montrant à ses yeux un lit tout simple quelques armoires pour y ranger les affaires et un bureau. La fenêtre donnant sur le balcon était ouverte et Ambre put voir son esclave, assise contre la balustrade, une cigarette entre ses doigts. Elle alla la rejoindre d’un pas lent et délicat. Ses yeux vairons reflétaient à la lumière de la Lune.

« Bonsoir Etoile » murmura-t-elle.

En cet instant précis, Ambre s’enveloppa d’un aura plus que mystérieuse, ne voulant pas laissez son livre ouvert. Elle pencha la tête sur le côté avec un petit sourire en coin. Vêtue d’un pyjama, Etoile avait l’air quelque peu surprise de la venue de sa maitresse dans sa chambre et cette expression sur le visage la fit sourire
.

« Merci, tu as encore fais du bon travail aujourd’hui. »

Sans aucune permission, elle s’installa à ses côtés, sortant une cigarette de son pantalon et la tendit à Etoile pour qu’elle l’allume grâce à sa maîtrise de l’élément du feu. Une fois qu’elle fut allumée, elle inspira une grande bouffé qu’elle rejeta aussitôt. La nuit était belle, les étoiles brillaient, fermant les yeux, elle savoura les quelques secondes de silence qui lui était offerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Vahënel
Ombre esclave
Etoile Vahënel

Nombre de messages : 13
Pouvoir : Manipulation / Elémental du feu.
Epoque : XVII° siècle en Islande.
Esclave de : Ambre Gauthier.
Date d'inscription : 13/07/2008

Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitimeMer 23 Juil - 0:26

Bon, il s’agissait bien de sa maîtresse, c’était le principal. L’espace d’un instant, Etoile avait cru qu’il s’agissait d’un voleur. Quoique cela lui aurait dégourdi un peu les jambes. Elle aurait pu contrer un brigand avec son élémental de feu sans souci. Bizarrement, elle en était certaine. Elle se sentait forte, peut-être trop sûre d’elle. Cela lui jouerait des tours un jour. Ses yeux se posèrent sur la silhouette qui se dessinait progressivement le long de la porte-fenêtre. La porte-fenêtre de SA chambre. C’était surréaliste, elle avait une chambre pour elle toute seule. Elle se rappela être restée plusieurs minutes ébahie devant tant d’attention. D’ailleurs, elle n’avait pas encore pris ses aises, se sentant très seule dans une grande chambre. Cela lui était étrange et comme elle avait du mal à s’habituer aux choses nouvelles, elle allait avoir du mal à s’y faire. Par contre, elle ne niait pas avoir une superbe vu de ce petit balcon. Elle se sentait tellement importante. Mais il fallait qu’elle le soit encore plus dans le cœur de sa maîtresse. Elle la regardait d’ailleurs avec une certaine appréhension, la dévisageant presque. Une fois son regard détourné, elle accueillit ses mots avec bienfaisance :

« Bonsoir Etoile »

C’était comme si on lui prouvait qu’elle était bien là, qu’elle était utile. Elle n’en revenait pas de tant de sympathie à son égard. Pas commun, c’était différent de tout ce qu’elle avait connu. Etait-ce parce qu’elle était une femme ? La différence se trouvait-elle là ? Si c’était le cas, elle bénissait n’importe de qui de lui avoir amené Ambre. Ce sourire que sa maîtresse affichait la laissa encore plus pensive. Elle pouvait lui dire n’importe quoi, elle exécuterait. N’était-ce pas ça sa tâche d’esclave ? Exaucer tous les vœux de sa maîtresse, même les plus fous. Son regard capta le sien et elle se perdit dans ses yeux vairons. Elle n’avait jamais rien vu de tel. Cela renforçait habilement ce côté mystérieux que semblait cultiver sa maîtresse. Oui, c’en était envoûtant. D’autant plus qu’elle ajouta :

« Merci, tu as encore fait du bon travail aujourd’hui. »

Voulait-elle donc réduire Etoile à un état de servitude extrême ? Elle pouvait. Surtout parce que l’esclave aimait recevoir de tels compliments de la part de son maître. C’était bon signe. Ce qui l'étonna radicalement, c'est que sa maîtresse se mette au même niveau qu'elle, à même le sol. Sortant une cigarette de nulle part, Etoile s'empressa de faire jaillir une flamme du bout de son doigt pour en incendier maigrement l'extrémité. Elle ne ratait pas une miette des faits et gestes d'Ambre. Etait-ce seulement réel ? Le silence qui régnait la mettait mal à l'aise mais elle ne savait pas comment engager une conversation. Elle avait surtout peur de la déranger dans ses méditations. Tirant sur sa cigarette comme pour se rassurer, elle finit par demander poliment :

"Avez-vous passé une bonne journée ?"

Voilà les seuls mots qu'elle avait trouvé à dire, passionnant. Ce n'est pas comme ça qu'elle allait s'attirer une quelconque sympathie de la part de sa maîtresse. Quoique. Peut-être aimait-elle les esclaves qui se contentent de peu et ne disent presque rien ? Aucune idée et elle n'avait pas à le savoir. Repensant à ces paroles bienfaitrices, elle s'empressa de rajouter :

"Vous savez que vous pouvez tout me demander..."

Etrange façon de dire merci mais elle n'était pas habituée à le faire. Même, elle n'avait jamais eu à le faire. Alors pour elle, tout n'était que découverte. Il faut une première fois à tout, n'est-ce pas ? Elle se rendit compte qu'elle était sur ce balcon à fumer à pas d'heure alors qu'elle devrait normalement dormir pour pouvoir au mieux servir sa maîtresse le lendemain. Quelle idiote ! Déglutissant silencieusement, elle continua de regarder le sol qui n'avait pas changé de couleur ni de texture depuis tout à l'heure et tenta de s'excuser maladroitement :

"Je... J'espère que cela ne vous dérange pas si je fume... Hum, et puis, j'allais me coucher juste après, je vous assure."

Il fallait qu'elle se persuade qu'Ambre n'avait pas de mauvaises intentions. Elle devait lui faire confiance, même si cela était dur, éprouvant. Il le fallait, qu'importe les sacrifices à faire. Ce n'était pas possible autrement. Pourtant une petite voix lui disait de garder ses distances, pour son bien. Une fois elle avait accordé son entière confiance, une fois de trop car elle en était morte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre Gauthier
Âme
Ambre Gauthier

Nombre de messages : 24
Pouvoir : Marionnetiste Humain
Epoque : Seconde Guerre Mondiale
Maître de : Etoile Vahënel
Date d'inscription : 29/06/2008

Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitimeMar 12 Aoû - 23:49

Elle sentit une certaine observation de la part de son esclave, comme si elle ne voulait louper aucun des gestes d’Ambre. Celle-ci toujours plongées dans les méandres de ses pensées, tira distraitement une autre bouffée sur sa cigarette. Il faut vraiment qu’elle pense à arrêter un jour…Non pas par peur de mourir – la bonne blague… - mais par hygiène. L’odeur est déplaisante et la fumée désagréable. Un jour arrivera peut-être…

"Avez-vous passé une bonne journée ?"

Sans ouvrir les yeux, la tête toujours posé sur le rebord derrière elle, elle acquiesça seulement d’un signe de tête. La jeune Résistante parlait peu, préférant le silence à la parole. Bien que parfois, elle se force à engager une conversation à peu près convenable, ne serait-ce que par respect pour l’autre. Mystérieuse, c’est ce qui caractérisait Ambre, dévoilant que très peu de choses sur elle. Son passé quelque peu violent, n’aimait pas être ressassé, pas pour redonner vie à des fantômes durant quinze nuits durant. Le bruit des bombes, l’odeur du sang, le gout de la poussière, la vue de la mort, l’effleurement des corps meurtrit. Tout, chaque détail était encore présent dans les cellules grises de la jeune femme. Même la douleur lors de l’impact de la balle au centre du cœur lui-même. Parfois la nuit, lors de ses cauchemars, elle avait l’étrange impression que celui-ci souffrait, pleurait et c’était comme si elle sentait que la balle creusait un peu plus son trou. Se retirer de ces idées au plus vite, avant que l’ombre ne vienne reprendre possession de son cerveau…

"Vous savez que vous pouvez tout me demander..."

« Je le sais »

Réponse simple, un peu déconcertante. Elle ne voulait pas paraître froide, ni distante. Juste qu’on lui laisse du temps pour sortir d’Ici, de ce gouffre qui réclamait toujours plus d’elle. Elle ouvrit les yeux, assez vite pour chasser ses idées noires de sa tête. Stop, plus de ça. Pas se soir. Elle regarda Etoile. La couleur de ses deux billes brillantes, était tout simplement magnifique. Aussi vert que celui d’Ambre, couleur herbe de printemps. Emeraude. Sourire échappé de son visage assombrit et durcit par la réalité, la vérité face aux crimes et l’égoïsme humain. Elle mieux que personne, savait. Elle avait vu les pires horreur que l’homme puisse faire, vécue la douleur et la torture. La soumission, la peur, le froid…
La nuit est belle et dégager. Les rayons lunaires les éclairent pleinement, les ombres de la forêt se dessinent sur les murs. L’air est agréable, le vent doux. Une fois sa cigarette consumée, Ambre l’écrasa dans un cendrier non loin d’elle. Elle s’appuya sur la rambarde du balcon, observant au loin les lumières de la ville, encore éclairée à cette heure. Elle était en congé pour la semaine et déjà son métier d’infirmière lui manquait. Bien sur, ici on ne soignait pas que les blessures ordinaires, mais aussi celle causé par le surnaturel, dont les pouvoirs de chacun.


"Je... J'espère que cela ne vous dérange pas si je fume... Hum, et puis, j'allais me coucher juste après, je vous assure."

Sans détacher son regard plongé dans le lointain, Ambre l’écoutait attentivement malgré ce que pourrais penser son Esclave. Elle était juste, distante. Toujours. L’inaccessibilité. Elle était difficile d’accès parfois, à certaine période. Elle finit par parler, comme il se le doit.

« Fais comme bon te semble Etoile. C’est toi qui gère ton temps et ta nuit, aucun problème pour moi temps que sa n’affecte pas ta qualité de travail. »

Etoile était adulte et responsable. Son travail était toujours correctement fait, sans aucun reproche à lui donner. Alors pourquoi irait-elle lui interdire quoi que se soit si cela, restait dans la mesure du raisonnable et du possible. La cloche de l’Eglise sonne au loin les douze coups de minuit. Non nous ne sommes pas dans un conte…pas de princesse, ni de carrosse. Jamais Ambre n’avait crus à ce genre d’histoire. Utopie pur, ces contes n’étaient qu’un moyen de plonger l’esprit humain dans un monde imaginaire, emplie d’espoir et de « tout est possible », pour mieux conduire l’esprit à la tromperie, à tel point que le retour sur terre est violent, douloureux. Nous donnant envie de vomir et de mettre fin à cette horreur…

« Parle-moi un peu de toi Etoile…d’où viens-tu ? »

Elle n’avait jamais eu l’occasion de lui parler réellement, alors autant en profiter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile Vahënel
Ombre esclave
Etoile Vahënel

Nombre de messages : 13
Pouvoir : Manipulation / Elémental du feu.
Epoque : XVII° siècle en Islande.
Esclave de : Ambre Gauthier.
Date d'inscription : 13/07/2008

Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitimeDim 24 Aoû - 21:20

« Parle-moi un peu de toi Etoile…d’où viens-tu ? »

Ce n'est pas qu'elle n'aime pas parler d'elle mais disons qu'en parler à son maître, cela la dérange quelque peu. Enfin, le mot "déranger" est inexact, disons qu'elle n'en était pas habituée. C'est pourquoi, lorsque Ambre lui posa de façon anodine cette question, elle ne put s'empêcher d'avoir un mouvement de recul et un regard suspicieux. Baissant rapidement le regard et se maudissant d'avoir des comportements aussi effrontés de temps en temps, elle ramassa dans sa mémoire quelques bouts de souvenirs. C'est ainsi qu'elle déclara :

"Je suis née à Árborg en Islande un certain vendredi 13 juin de l'année 1696. J'espère que vous n'êtes pas superstitieuse car naître un tel jour est une source d'ennui considérable. Enfin bref. Mes parents étaient des gens aisés, à l'époque, cela ne m'intéressait que très peu alors je ne m'en souciais pas. Et puis, c'était des artistes ! - noté cette pointe d'ironie dans sa voix - Alors ils ne faisaient guère attention à moi. Leur seule préoccupation était leur inspiration et si, par malheur, elle venait à manquer, il vaait mieux que je me tienne à l'écart... Je ne me sentais pas à l'aise chez moi, j'étais à l'étroit à longueur de temps. Tout me paraissait abstrait et invivable. Je me suis enfuie à l'âge de 11 ans. Je ne me rappelle plus par quel moyen je me suis retrouvée à Reykjavík mais en tout cas, j'y étais parvenue. C'est alors que la chance a tourné et un noble de la cour du Roi de Danemark me prit sous son aile. J'ai été son esclave et amante jusqu'à mes dix-huit ans. Si je suis à Schéol à présent, c'est que j'ai défié ce monde en prononçant tout haut que la vie dans l'au-delà n'existait pas. Je pensais que ce n'était que des histoires de bonne femme. La nuit, j'ai fait un rêve, étrange et enivrant, où dans une forêt, je me voyais franchir une arche sculptée d'anges et de démons. A mon réveil, j'étais ici..."

Elle s'arrêta un temps soit peu pour reprendre son souffle et clarifier ses souvenirs sur la suite de son histoire. Se remémorer sa vie ne lui plaisait guère mais sa maîtresse le lui avait demandé, elle ne pouvait faire qu'obéir. De son côté, elle ne savait si elle aurait le droit de lui retourner sa question. Elle avait bien trop peur des conséquences. Et puis, cela ne faisait pas longtemps qu'elle avait été achetée et elle ne souhaitait pas revoir le marchand d'esclaves de si tôt. Pervers... Elle déglutit et sentit une brûlure au niveau des doigts. Sans même s'en rendre compte, elle avait laissé sa cigarette se consumer jusqu'au filtre. Décontenancée, elle jeta le mégot dans le cendrier à ses côtés, où gisait déjà celui d'Ambre. Finalement, elle jugea qu'il était temps de reprendre où elle s'en était arrêtée et d'en finir avec son passé :

"J'étais une humaine parmi les autres. Moi qui me croyait unique dans mon genre, j'ai constaté bien vite que je n'étais pas la seule à m'être égarée sur ces terres. Cependant, j'ai interprété cela comme une chance de réussite, une nouvelle vie en quelque sorte. C'était sans compter mon assujettissement face à un marchand d'esclaves. J'ai alors été vendue à un riche propriétaire. Colérique... Je suis morte à l'âge de dix-neuf ans alors qu'il tentait de me violer. Je me suis débattue et... il m'a tué pour ça. Je pensais que c'était terminé, mais non, il a fallu que je devienne une Ombre. Cela fait deux cent quatre-vingt treize ans que je suis esclave dans cette ville et me voilà à présent vôtre."

Quoi rêver de mieux ? Elle avait une femme en tant que propriétaire, c'était ce qu'elle voulait. Mais à présent ? Que souhaitait-elle ? Il fallait qu'elle se rapproche de sa maîtresse, quelqu'en soit le prix. Pas à pas. Se faire douce et sensible. Savoir agir avant même qu'elle ne lui ai demandé quoique ce soit. Qualités, défauts. Pouvoir aussi... Tout n'était que futile mais ça ne l'était pas à ses yeux. C'est pourquoi elle préféra ne pas lui retourner la question. Cela ne se faisait pas, tout simplement. Se faisant bienfaisante, elle intima doucement :

"Vous devriez aller vous coucher, maîtresse... Il me semble que demain, vous avez une longue journée qui vous attend. A moins que vous ne souhaitiez en savoir plus sur moi, et dans ce cas, je me ferais un plaisir de vous répondre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Au clair de la Lune [Ambre] Empty
MessageSujet: Re: Au clair de la Lune [Ambre]   Au clair de la Lune [Ambre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Au clair de la Lune [Ambre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au clair de la lune [Asuna]
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Please, forgive me ? Ambre
» Ambre Nocis(Serdaigle)
» [bureau d'Ambre] Découvertes fâcheuses (pv Ange et Carna)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Schéol :: Le Tartare :: Immeubles-
Sauter vers: